Les employeurs soulignent leur ferme détermination à mettre fin au travail des enfants et au travail forcé

Lors de la IVème Conférence mondiale sur l’éradication durable du travail des enfants, les employeurs ont réitéré leur appui unanime à l’élimination du travail des enfants et du travail forcé.

La Conférence s’est terminée par un appel au renforcement des efforts pour mettre fin au travail des enfants à l’horizon 2025 et au travail forcé d’ici à 2030 et à créer davantage d’opportunités de travail décent pour les jeunes à travers le monde. La Déclaration de Buenos Aires a été adoptée le dernier jours de cette Conférence de trois jours qui a réuni des délégations du monde entier, dont un grand nombre de représentants d’organisations d’employeurs et d’entreprises. La Déclaration réaffirme l’engagement des mandants tripartites à éradiquer le travail des enfants et le travail forcé.

"Une détermination collective ferme est essentielle pour que soit éradiqué le travail des enfants et le travail forcé et pour que des opportunités soient offertes aux jeunes" a déclaré Daniel Funes de Rioja, ancien Président de l’OIE  et Vice-président employeur de la Conférence. "Lorsqu’il s’agit des chaînes d’approvisionnement, les entreprises ont la responsabilité de respecter les droits de l’homme dans le cadre des Principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme. Le travail des enfants doit être traité par le biais de partenariats avec toutes les parties concernées" a souligné Linda Kromjong, Secrétaire générale de l’OIE.

La Conférence était organisée par la gouvernement argentin avec l’appui de l’OIT et a réuni des représentants de gouvernements, des employeurs et des travailleurs, ainsi que de la société civile et d’organisations régionales et internationales. Plus de 90 engagements à éradiquer le travail des enfants et le travail forcé ont été signés par des délégations nationales présentes à cet événement.

La Déclaration de Buenos Aires rappelle qu’il y a quelque 152 millions de jeunes garçons et filles au travail, dont 73 millions sont sujets aux pires formes de travail des enfants. 25 millions de personnes sont encore victimes du travail forcé, dont 4 millions d’enfants et au moins 71 millions de jeunes sont sans emploi à travers le monde.

Victoria Giulietti, représentante employeur de l’Argentine, et des représentants du gouvernement et des travailleurs d’Argentine ont présenté la Déclaration à l’OIT.

Le document final de cette conférence énonce plusieurs principes et actions que les gouvernements, les partenaires sociaux, les organisations de la société civile et les parties intéressées sont invités à adopter. Les actions préconisées par la Déclaration couvrent la politique et la gouvernance, la connaissance, les données et le contrôle, ainsi que les partenariats et l’innovation.

La IVème Conférence sur l’éradication durable du travail des enfants s’est tenue à Buenos Aires, Argentine, du 14 au 16 novembre 2017.

Contribution des employeurs lors de la Conférence sur Twitter (en anglais)
Déclaration de Buenos Aires 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter María Paz Anzorreguy, Conseillère principale.

Adresse de l'OIE

71, Avenue Louis-Casaï
1216 Cointrin/Genève - Suisse

T: +41 22 929 00 00
F: +41 22 929 00 01

ioe(at)ioe-emp.com