Qu’est-ce que l’Avenir du travail ?

Le monde du travail subit de profondes mutations résultant de la numérisation, de la croissance de l’économie numérique et des progrès technologiques. L’Avenir du travail - associé aux importants changements survenus dans l’organisation du travail, la mondialisation, les changements démographiques, les défis environnementaux ainsi que les nouvelles façons d’organiser la production de biens et la prestation de services - englobe tous ces processus dynamiques et leurs répercussions sur les entreprises et l’emploi.

En quoi l’Avenir du travail intéresse-t-il les entreprises ?

L’Avenir du travail façonne déjà nos vies, en proposant à la société et aux entreprises des opportunités et des défis. Les entreprises et les travailleurs s’adaptent aux importantes modifications du monde du travail, l’automatisation par exemple va probablement impliquer que des tâches et des emplois existants pourraient disparaitre ou être fondamentalement réaménagés. Les capacités et les compétences nécessaires devront être totalement revues pour s’aligner aux besoins du marché du travail. Par conséquent, tous les aspects liés à l’emploi devront être adaptés, y compris par le biais de politiques permettant aux entreprises d’exploiter le potentiel de l’avenir du travail et d’assurer que la numérisation des économies mène à des opportunités d’emplois plus nombreuses et de meilleure qualité, à une productivité accrue et à une croissance durable et soutenue.

Quelle est la position de l’OIE sur l’Avenir du travail ?

L’OIE considère que la discussion sur l’Avenir du travail est un élément fondamental pour que les gouvernements, les travailleurs et les employeurs puissent élaborer des politiques permettant à chacun de s’épanouir.

Il faudrait développer de nouvelles politiques dans trois domaines prioritaires :

1. la nature évolutive du travail :

  • les réglementations et les institutions doivent accompagner les évolutions du marché du travail ;
  • la question du travail informel (opérant en dehors du cadre officiel de la loi) n’a pas été traitée ;
  • la protection sociale et les prestations sociales doivent être plus inclusives.

2. les compétences du futur ;

3. la gouvernance du travail.

Comment l'action de l’OIE sur l’Avenir du travail fait-elle progresser le programme pour les entreprises ?

L’OIE est en première ligne pour refléter les perspectives des entreprises et des employeurs sur la numérisation, l’innovation, les nouveaux modèles d’entreprise et tous les autres changements qui touchent à l’emploi et au monde du travail.

L’OIE a consacré plus de deux ans à débattre de ce sujet et elle continuera dans cette voie. L’OIE, avec un Groupe de travail composé d’organisations d’employeurs et d’entreprises, a rédigé le dossier "Comprendre l’avenir du travail", document évolutif à utiliser par les membres dans leurs discussions et leurs débats nationaux.

L’OIE représente les points de vue des employeurs dans les débats politiques sur l’Avenir du travail aux niveaux national, régional et international, notamment aux Nations Unies, à l’OIT et à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), à travers le Comité consultatif économique et industriel (BIAC). L’OIE a, dans une certaine mesure, été à l’avant-garde sur le sujet dans de nombreuses régions du monde.

Actuellement, l’OIE soutient la participation de M. Mthunzi Mdwaba, le porte-parole du Groupe des employeurs au BIT, en tant que membre de la Commission mondiale de l’OIT sur l’Avenir du travail. La Commission rassemble vingt-quatre personnalités éminentes venant d’horizons très divers, afin de dialoguer et de renforcer la capacité de l’OIT à préparer et orienter les gouvernements, les travailleurs et les employeurs à mieux relever les défis du monde du travail.

L’OIE organise des ateliers et des conférences afin d’explorer davantage les réponses politiques requises et d’encourager la réflexion et l’échange d’expériences entre employeurs dans ce Groupe de travail sur l’avenir du travail.