Qu’est-ce que l’OIT ?

L’OIT est une agence des Nations Unies consacrée à la promotion de la justice sociale et des droits du travail. C’est la seule agence des Nations Unies qui soit tripartite, avec des représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs dans sa structure de gouvernance. Cette structure tripartite fait de l’OIT un forum unique où les gouvernements et les partenaires sociaux de ses 187 États membres peuvent débattre librement et ouvertement afin de stimuler la croissance de l’emploi décent par le biais d’entreprises durable, promouvoir les droits au travail, améliorer la protection sociale et renforcer le dialogue social.

Le Bureau international du Travail est le Secrétariat permanent de l’OIT, c’est le point de convergence de toutes les activités de l’OIT qu’il prépare sous le contrôle du Conseil d’administration (CA). Le Conseil d’administration est l’organe exécutif de l’OIT. Il se réunit trois fois l’an (en mars, juin et octobre/novembre). Il prend des décisions concernant la politique de l’OIT, fixe l’ordre du jour de la Conférence internationale du Travail (CIT), adopte le projet de programme et le budget de l’organisation à présenter à la CIT et élit le Directeur général.

Les mandants tripartites de l’OIT se retrouvent à la CIT qui se tient chaque année à Genève. Chaque État membre est représenté par une délégation comprenant au moins deux délégués du gouvernement, un délégué des employeurs et un délégué des travailleurs, ainsi que leurs conseillers respectifs. La CIT, qui est souvent comparée à un parlement international du travail, a plusieurs tâches principales. Tout d’abord, l’élaboration et l’adoption des nouvelles Normes internationales du Travail (NIT) et la révision, le retrait et l’abrogation de NIT dépassées. La CIT contrôle également, dans la Commission d’application des Normes (CAN), la mise en œuvre des conventions et recommandations au niveau national. La Conférence est par ailleurs un forum où se discutent les questions sociales et de l’emploi intéressant le monde entier, comme l’Avenir du travail. En outre, la CIT peut aussi passer des résolutions donnant des orientations pour la politique générale et les activités futures de l’OIT. Enfin, tous les deux ans, la CIT adopte le programme de travail et budget biennal, financé par les États membres.

En quoi l’OIT intéresse-t-elle les entreprises ?

Toute norme internationale du travail, résolution, déclaration, initiative, politique, programme, conclusion du système de contrôle, des experts et des réunions sectorielles de l’OIT, peut avoir un impact direct ou indirect sur les discussions de politiques et les cadres réglementaires au niveau régional et national, ainsi que sur les décisions quotidiennes de gestion et sur les projets futurs des entreprises.

C’est pourquoi il est de la plus haute importance que les entreprises jouent un rôle central, par le biais de leurs organisations représentatives, pour diriger, orienter et influencer le travail politique et technique de l’OIT afin que les besoins et les priorités des entreprises de toute taille opérant dans différents secteurs géographiques ou économiques et suivant des cadres divers, soient pleinement reflétés dans le travail politique et technique de l’OIT.

Quelle est la position de l’OIE vis-à-vis de l’OIT ?

L’OIE estime que l’OIT doit fournir une assistance pratique à ses mandants tripartites pour les aider à relever les énormes défis et les opportunités du monde du travail. Elle doit être une organisation axée sur la réalisation de ses objectifs, capable de s’adapter à l’évolution des réalités, qui puisse promouvoir des choix politiques difficiles et qui soit prête à se remettre en question.

L’OIE considère que l’OIT exige sans délai :

  • Une approche équilibrée de son travail technique et politique, tenant compte des besoins et des opportunités des entreprises durables pour la création d’opportunités d’emploi dans le nouveau monde du travail ;
  • Des recherches, données et analyses solides et fiables, en alliance avec d’autres organisations et partenaires internationaux compétents ;
  • Une réflexion qui sorte des sentiers battus afin d’apporter un véritable changement pour influencer la conception de politiques, institutions et réglementations efficaces et équilibrées pour l’avenir.

Comment l'action de l’OIE auprès de l’OIT fait-elle progresser le programme pour les entreprises ?

L’OIE a un statut consultatif auprès des Nations Unies et de l’OIT. Depuis sa création, l’OIE a agi en tant que Secrétariat du Groupe des employeurs auprès de tous les organes tripartites de l’OIT. L’OIE fournit un soutien technique et politique au Groupe des employeurs à tous les niveaux de gouvernance de l’OIT et lors des réunions de l’OIT, y compris lors de la CIT, des réunions du Conseil d’administration (CA), des réunions tripartites techniques, sectorielles et d’experts et lors des réunions régionales et nationales. L’OIE participe également de manière active aux différentes réunions des organes de contrôle de l’OIT et elle a déposé des plaintes et des réclamations contre certains gouvernements pour violation de conventions ratifiées, en vue d’obtenir le respect des droits des organisations nationales d’employeurs. En ce qui concerne ses relations avec l’OIT, les organisations membres de l’OIE nomment des représentants des employeurs pour participer à tous les débats au sein de l’OIT et en particulier ceux du Conseil d’administration et de la CIT. L’OIE travaille en étroite coopération avec le Bureau de l’OIT des activités pour les employeurs (ACT/EMP) qui constitue une unité spécialisée au sein du BIT.