Qu’est-ce que l’OEA, la Conférence interaméricaine des Ministres du Travail (CIMT) et le Comité consultatif technique des employeurs sur les questions relatives au travail (CEATAL) ?

L’OEA est la plus ancienne organisation régionale, qui remonte à la première Conférence internationale des États américains, qui s’est tenue à Washington, D.C., d’octobre 1889 à avril 1890. De nos jours, l’OEA réunit l’ensemble des 35 États indépendants des Amériques et elle constitue le principal forum gouvernemental de l’hémisphère en matière politique, juridique et sociale. Elle a en outre accordé le statut d’observateur permanent à 69 États, ainsi qu’à l’Union européenne (UE). L’OEA utilise une approche en quatre volets pour mener à bien ses principaux objectifs, en s’appuyant sur ses principaux piliers : démocratie, droits de l’homme, sécurité et développement.

La CIMT est une des plus anciennes conférences sectorielles de l’OEA. Le CEATAL est un organe consultatif permanent de la CIMT qui promeut la participation effective des organisations d’employeurs de toutes les sous-régions de l’hémisphère dans le domaine social et du travail. Le CEATAL fournit des conseils techniques sur la planification et l’exécution de programmes qui sont particulièrement importants pour les entrepreneurs ou qui engagent leur participation dans des activités de développement économique et social aux niveaux national et international.

Le CEATAL est composé d’un représentant des organisations d’employeurs de chaque État membre de l’OEA. Le CEATAL est actuellement présidé par M. Daniel Funes de Rioja, de l’Unión Industrial Argentina (UIA), qui a été réélu président du CEATAL lors de la XXème CIMT qui s’est tenue à Brigetown, Barbade, en décembre 2017.

En quoi la CIMT de l’OEA intéresse-t-elle les entreprises ?

Le CEATAL est officiellement reconnu par la CIMT de l’OEA comme un organe consultatif permanent et comme étant la voix de l’entreprise en sein du processus de la CIMT de l’OEA.

Toute déclaration, priorité, action et conclusion de la CIMT de l’OEA peut avoir un impact direct ou indirect sur les discussions politiques et les cadres réglementaires au niveau national et régional, sur les décisions de gestion quotidiennes et sur les projets futurs des entreprises.

C’est pourquoi, il est extrêmement important que les fédérations membres du CEATAL jouent un rôle central pour guider, déterminer, orienter et influencer le travail politique et technique de la CIMT de l’OEA afin que les besoins et les priorités des entreprises de toute taille soient pleinement reflétés dans le travail technique et politique de l’OEA, indépendamment de la zone géographique, du secteur économique ou du cadre de l’hémisphère où elles opèrent. L’implication du CEATAL est également très importante pour équilibrer la participation du Conseil syndical d’orientation technique (COSATE), qui peut être très influent.

Quelle est la position de l’OIE vis-à-vis de la CIMT de l’OEA ?

L’OIE considère que la CIMT de l’OEA doit adopter une nouvelle approche, équilibrée dans son travail technique et politique. Elle doit tenir compte des besoins et des opportunités des entreprises durables dans l’hémisphère, indépendamment de la taille, du secteur économique ou géographique où l’entreprise est établie et où elle opère.

L’OIE préconise, entre autres, que la CIMT de l’OEA axe son attention sur la promotion de :

  1. politiques de développement productives qui sont essentielles pour générer une croissance élevée, soutenue, inclusive et durable. Ces politiques comprennent des domaines tels que le développement des entreprises durables, le soutien aux petites et moyennes entreprises (PME), une intégration bénéfique dans les chaînes de valeur et l’intensification des liens productifs , le développement des regroupements, des politiques d’innovation et, de manière générale, des politiques visant à se lancer dans de nouvelles industries, marchés et chaînes de valeur et à promouvoir de nouveaux paradigmes productifs associés aux changements technologiques rapides ;
  2. politiques visant à encourager la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle, en se basant sur une approche intégrée (par ex. des modifications au niveau politique et réglementaire pour simplifier les procédures ; l’inscription, les taxes et les procédures pour enregistrer les travailleurs dans les systèmes de sécurité sociale ; des politiques pour atténuer les incitations perverses qui tendent à empêcher les petites entreprises de s’agrandir et des politiques pour renforcer l’administration et l’inspection du travail) ;
  3. investissements destinés à l’éducation et au développement des compétences dans les Amériques ;
  4. politiques visant à encourager l’entrepreneuriat et la formation à l’entrepreneuriat ;
  5. politiques permettant de répondre aux nouvelles formes diversifiées de l’emploi découlant des révolutions technologiques et des nouveaux modèles d’entreprises.

Comment l'action de l’OIE au sein de la CIMT de l’OEA fait-elle progresser le programme pour les entreprises ?

L’importance et l’influence de l’OIE se sont développées du fait que pendant de nombreuses années elle a joué le rôle de coordinateur officiel du CEATAL dans toutes les réunions et rencontres de la CIMT et de l’OEA, y compris pendant l’Assemblée générale de l’OEA. L’OIE fournit un soutien technique et politique pour toutes les réunions, ateliers et publications du CEATAL, y compris pour la CIMT. L’OIE participe également activement aux différentes réunions et coordonne le travail conjoint avec le COSATE. En ce qui concerne les relations avec la CIMT de l’OEA, les fédérations membres de l’OIE nomment des représentants des employeurs pour occuper des fonctions de responsabilité au sein du CEATAL et participer à tous les débats de la CIMT.

Au fil des ans, l’OIE a établi une excellente relation de travail avec le Secrétariat de la CIMT de l’OEA.