L’OIE joue un rôle de chef de file au G7 social sur l’avenir du travail

Contact(s)

Matthias Thorns

Secrétaire général adjoint
thorns@ioe-emp.com
+41 (0) 22 929 00 19

Les délégués réunis à Paris à l’occasion du G7 des ministres du Travail ont adopté à l’unanimité une déclaration tripartite avec des contributions majeures de l’OIE et du BIAC.

Les ministres du Travail et de l’Emploi des pays du G7 ont approuvé une déclaration tripartite qui comprend un plan d’action en neuf points, dont l’objectif est de façonner un avenir du travail équitable, de créer un environnement propice à la croissance des entreprises, de garantir des emplois décents pour tous et de promouvoir une plus grande justice sociale.

Les ministres se sont réunis à Paris dans le cadre des préparatifs du Sommet des chefs d’État du G7 prévu en août 2019.

Dans ce plan en neuf points, ils exhortent la communauté internationale à intensifier les efforts déployés pour la mise en place d’un climat économique durable et juste permettant de créer des emplois et de générer de la croissance économique. Ils ont par ailleurs déclaré que personne ne devrait être exclu d’un monde décent du travail.

Les signataires de cette déclaration appellent en outre à des actions gouvernementales communes pour façonner l’avenir du travail, à une plus grande cohérence dans les politiques et l’action internationales dans les domaines de l’emploi et des normes de politique sociale, à l’intensification du partage des connaissances sur les meilleures pratiques en matière de protection sociale, à plus d’investissements dans l’apprentissage tout au long de la vie et à un meilleur respect de l’égalité des sexes au travail. Sur ce dernier point, les ministres du G7 se sont félicités du travail essentiel réalisé en amont de la Conférence internationale du travail de juin en faveur d’un instrument international voué à mettre fin à la violence et au harcèlement au travail.

Dans ses observations liminaires, le Président de l’OIE, Erol Kiresepi, a déclaré sans détour que les difficultés liées à l’emploi aujourd’hui ne pourraient pas être surmontées au travers d’une approche "classique". "Nous avons besoin d’une vision audacieuse pour le monde dans lequel nous souhaitons vivre et les réformes qui seront nécessaires pour y parvenir", a-t-il affirmé.

M. Kiresepi a félicité les contributeurs à la déclaration tripartite et il a ajouté : "Le fait que nous ayons, pour la première fois, abouti à une déclaration tripartite démontre notre ferme engagement à travailler ensemble et à relever conjointement ces défis, mais aussi la nécessité de prendre d’urgence des mesures audacieuses".

Cette déclaration tripartite servira de base pour la formulation de la déclaration finale du G7 en août.