Nouvelles récentes

17

nov.

Appel à candidatures pour l’Académie de formation 2018 des jeunes professionnels d’organisations d’employeurs dans le monde, Madrid, 9-13 avril 2018

   Détails

17

nov.

Opportunité pour les membres de l'OIE des pays du Conseil de l'Europe de participer à la réunion du Forum politique de l'UE pour le développement, Gand (Belgique), 15-16 janvier 2018

   Détails

16

nov.

Invitation urgente aux dirigeants d’organisations d’employeurs en Afrique à participer au prochain sommet Union africaine-Union européenne du 27 au 30 novembre à Abidjan

   Détails

30

oct.

Changements au sein du personnel de l'OIE

   Détails

Contact OIE

M. Frederick Muia

Ligne directe : +41 22 929 00 20

Afrique

L’Afrique est aujourd’hui perçue comme la prochaine frontière. Le continent attire toujours plus l’attention des investisseurs étrangers qui le voient comme le prochain lieu d’opportunités pour la croissance. Le rapport 2010 du McKinsey Global Institute, intitulé « Lions on the Move » en atteste. Le continent a enregistré des taux élevés de croissance économique au cours de la première décennie du 21ème siècle, atteignant un chiffre sans précédent de 6,1% en 2007.

Selon le rapport de l’Union africaine et de la Commission économique pour l’Afrique sur l’économie africaine, publié en 2010, cette croissance est largement imputable aux prix élevés des produits de base, aux hauts rendements des industries extractives, aux investissements étrangers directs et aux afflux financiers venant d’autres sources, telles que les fonds transférés par les migrants. Cependant, l’augmentation de la croissance est également due à une stabilité macroéconomique croissante et à une meilleure gestion de l’économie.

L’Afrique est sortie de la crise financière mondiale plus rapidement et de plus manière plus vigoureuse que d’autres régions. Aujourd’hui, l’objectif principal des pays africains est d’encourager la croissance durable et la réduction du chômage afin de créer des possibilités d’emplois, en particulier pour les jeunes et d’autres composantes vulnérables de la société.

La collaboration entre l’OIE et ses membres africains s’attèle à les soutenir afin de renforcer le dialogue public/privé dans le but d’entretenir les progrès positifs constatés à ce jour.

Les gouvernements africains reconnaissent et comprennent de plus en plus que les entreprises sont le moteur de la croissance et qu’elles sont capitales pour la création d’emplois. Elles sont sollicitées afin de prendre les mesures nécessaires pour instaurer un environnement favorable à des entreprises durables, soutenir la compétitivité et renforcer la confiance en vue d’investissements nationaux et étrangers. Les entreprises demandent surtout aux gouvernements de supprimer les obstacles à la création d’entreprises et à leur développement.

L’OIE œuvre pour donner suite au consensus africain grandissant qui concerne la nécessité de tirer parti du développement des entreprises et de soutenir l’amélioration permanente dans un climat favorable à l’activité économique en Afrique.