Nouvelles récentes

22

nov.

Les employeurs soulignent leur ferme détermination à mettre fin au travail des enfants et au travail forcé

   Détails

10

nov.

Souvenez-vous du Protocole de l'OIT sur le travail forcé !

   Détails

31

oct.

Inscrivez-vous au webinaire pour préparer la IVème Conférence mondiale sur l'élimination durable du travail des enfants

   Détails

30

oct.

Changements au sein du personnel de l'OIE

   Détails

Contact OIE

Amelia Espejo

Ligne directe: +41 22 929 00 19

Travail forcé

Le travail forcé est universellement condamné et prohibé. Il fait l’objet d’instruments internationaux largement ratifiés. Au sein du secteur privé, de nombreux codes, accords et initiatives mentionnent l’interdiction du travail forcé, en grande partie depuis que l’élimination de toute forme de travail forcé ou obligatoire a été érigée en principe fondamental de la Déclaration de l’OIT de 1998 relative aux principes et droits fondamentaux au travail.

La question du travail forcé, y compris du trafic d’êtres humains, et des opérations des entreprises évolue rapidement et constitue un risque important pour les employeurs, non seulement des petites entreprises à la limite de l’économie formelle dans les pays en développement, mais également pour les entreprises multinationales comptant des chaînes d’approvisionnement et de sous-traitance complexes.

Aujourd’hui plus que jamais, il est essentiel de mieux comprendre et d’identifier les diverses formes que le travail forcé peut prendre dans l’économie moderne mondialisée, ainsi que les réponses que les entreprises et les organisations d’employeurs peuvent apporter aux différents niveaux des opérations.

L’OIE poursuit son action auprès de ses membres avec lesquels elle partage connaissances, orientations, bonnes pratiques, compréhension interculturelle, défis et opportunités pour les entreprises, ainsi que pour donner accès à des plateformes d’échanges mondiales utiles aux entreprises.

L'OIE prend part à l'Alliance ODD 8.7, alliance mondiale pluripartite visant à éradiquer le travail forcé, l'esclavage moderne, la traite des êtres humains et le travail des enfants, ainsi qu'à atteindre l'Objectif 8.7 des Objectifs de développement durable de l'ONU (en anglais).

L’OIE a appuyé l’adoption, en 2014, du protocole à la convention de l’OIT sur le travail forcé (1930) et est un des principaux partenaires de l’initiative de l’OIT "50 pour la liberté". Cliquer ici pour visualiser l'entretien (en anglais) du BIT avec la Secrétaire générale de l'OIE, Linda Kromjong, sur la campagne "50 pour la liberté".

L’OIE est aussi partenaire de l’Alliance pour la lutte contre la traite des êtres humains (en anglais), un vaste réseau international de coopération lancé par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) afin de promouvoir une approche globale axée sur les droits de l’homme en vue de prévenir la traite, de protéger les droits des victimes et de poursuivre les auteurs d’atteintes.