Nouvelles récentes

29

nov.

L’impact des institutions de dialogue social repose sur des organisations d’employeurs et de travailleurs fortes, dynamiques et inclusives.

   Détails

17

nov.

Opportunité pour les membres de l'OIE des pays du Conseil de l'Europe de participer à la réunion du Forum politique de l'UE pour le développement, Gand (Belgique), 15-16 janvier 2018

   Détails

14

sept.

Parution du Rapport complet du Forum OIE sur les diverses formes d'emploi (Genève, 14 juin)

   Détails

27

juin

La Ministre suédoise de l’emploi conseille au Forum de l’OIE de dire “Oui” aux diverses formes d’emploi, “Non” aux nouvelles formes d’exploitation

   Détails

Contact OIE

Jean Dejardin

Ligne directe : +41 22 929 00 19

Dialogue social

Le dialogue social est une expression utilisée pour définir la nature des discussions entre les organisations d’employeurs, les organisations de travailleurs et les gouvernements, notamment dans la mesure où elles concernent les débats d’orientation menés au niveau de l’OIT et à l’échelon national. Ce modèle tripartite a orienté les méthodes de travail et la gouvernance de l’OIT depuis sa création.

La force du dialogue social réside dans la représentativité des organisations de travailleurs et d’employeurs qui échangent avec les gouvernements, et entre eux, au nom de mandants légitimes, à savoir leurs membres. Aujourd’hui, certains remettent en cause cette «exclusivité». D’autres acteurs de la société cherchent également à faire entendre leur voix. Les employeurs ne s’opposent pas à ce que d’autres parties contribuent aux débats nationaux, mais nombre de ces voix n’ont pas la légitimité des acteurs traditionnels. En outre, il n’est pas toujours facile de savoir qui elles représentent. Une telle participation ne devrait pas se faire au détriment du dialogue social.

Le dialogue social facilite l’établissement de consensus, en permettant aux gouvernements de dialoguer avec de vrais acteurs qui ont la légitimité pour prendre des décisions.

Ces dernières années, la nécessité d’établir des consensus à la lumière des changements économiques et sociaux s’est renforcée. Des concertations plus régulières et approfondies ont donc été mises en place entre l’OIE et la Confédération syndicale internationale, et avec les fédérations syndicales sectorielles mondiales, les parties relevant la nécessité d’examiner des domaines d’intérêt commun afin d’améliorer le secteur privé, la création d’emplois et leur maintien, ainsi que la protection des travailleurs.